Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rainette arboricole

Publié par SB

L’exploitation locale des données recueillies dans le cadre de la mise en œuvre des programmes nationaux de suivi des populations d’amphibiens par présence/ absence, qu’il s’agisse du programme MARE ou POPAMPHIBIEN Occurence nécessite l’analyse préalable du paysage (notamment de l'occupation du sol) et de son histoire.

Le secteur étudié de Lévigny (Aube) est au contact entre les régions naturelles du Barrois (roche calcaire du Jurassique) et de la Champagne Humide (argile du Crétacé inférieur). Le relief est peu marqué avec une amplitude maximale d'une cinquantaine de mètres. Dans la partie nord de ce secteur, les terrains argileux affleurent sur les points hauts tandis que les affleurements calcaires, recouverts de limon éolien (lœss), occupent les fonds. Les manifestations karstiques (gouffres, dolines) y sont assez nombreuses jusqu’à la limite des affleurements argileux. Au sud de ce secteur, les affleurements argileux disparaissent totalement laissant la place à un plateau calcaire où l’eau s’infiltre rapidement ne permettant pas le maintien de point d’eau.

Les boisements de feuillus couvrent les replats argileux des points hauts. Les pentes argileuses naturellement mieux drainées sont occupées par les prairies qui laissent la place aux cultures conventionnelles dès qu’apparaissent les affleurements calcaires et limoneux.

L’analyse de la photo aérienne de 1949 (téléchargeable gratuitement sur GEOPORTAIL) témoigne de la longue vocation de polyculture élevage de ce territoire. En 2012, la surface forestière comme celle du bâti du village sont restées quasiment identiques. La surface de prairies a fortement diminué avec ses annexes traditionnelles que sont les haies et les bosquets qui ont totalement disparu.

Le nombre de mares recensées (d’après l’analyse de la photo aérienne et le recueil de témoignages locaux) a été divisé par deux (31 à 15). Cette situation s'explique d'une part, parce que les mares issues d’une ancienne activité d’extraction de grès dans les boisements n'ont pas disparu et d'autre part, parce que de nouvelles mares ont été creusées entre temps dans les surfaces de prairies, souvent d'ailleurs en lisière de boisement les rendant indétectables sur les photographies aériennes.

Evolution de l'occupation du sol entre 1946 et 2012 sur le secteur suivi (Lévigny, Aube)
Evolution de l'occupation du sol entre 1946 et 2012 sur le secteur suivi (Lévigny, Aube)

Evolution de l'occupation du sol entre 1946 et 2012 sur le secteur suivi (Lévigny, Aube)

Commenter cet article